Paroisse Catholique

Bonne, Contamine, Cranves-Sales, Faucigny
Fillinges, Lucinges, Marcellaz

Eglise de Haute-Savoie

3ème LETTRE DU CARÊME 2020 par Amédée : Voici l'Heure !

Chers amis de la paroisse et d’ailleurs,
Je ne sais pas si vous êtes comme moi, mais écouter actuellement les informations, les « nouvelles » me semble un péché. Un péché de complicité. On se plait à nous égrener chaque soir la même litanie avec le nombre précis de cas contaminés, de gens en réanimation, de personnes décédées, heureusement (et en vitesse) le nombre de gens sortis guéris, et chaque soir, on noircit de plus en plus le tableau. Où veut-on en venir ?
Après cela, on me demande, pardon, le Seigneur me demande, comme il le demande à chacun d’entre nous ( du fait de NOTRE baptême) d’être messagers de Bonne Nouvelle. Et là, je crains, j’ai peur ! Ne suis-je pas complètement déconnecté à parler de bonne Nouvelle en ce printemps 2020 ?
Pourtant, ce soir, je vous écris. Je vous écris parce que je sais, du plus profond de ma foi de chrétien et de prêtre, que derrière la lourde, la très lourde pierre qui ferme le tombeau de Jésus, il n’y a pas un cadavre en décomposition, mais un Vivant, mais le Vivant en Ebullition, impatient de vivre, d’aimer, de soulager, de renouveler.
Vous le savez, derrière les murs de nos hôpitaux, il n’y a pas que des gens qui meurent ou qui souffrent, il y a aussi des gens qui écoutent, des gens qui soulagent, des gens qui soignent, des gens qui aiment… Qu’ils soient croyants ou non, je crois, je sais qu’ils sont la présence Vivante du Ressuscité et je leur dis « Alleluia ».
Vous le savez, derrière les rues et les routes désertes en ce temps de confinement, et ca fait peur… il y a des gens qui se téléphonent, des gens qui s’envoient des messages, Croyants ou non, ils sont réellement, pour moi, présence du Ressuscité.
A l’heure où notre Eglise cherche à faire la vérité sur le raz de marée qu’ont été les révélations des abus, éclate soudain cette crise sanitaire qui nous révèle que non seulement l’Eglise, mais le monde, mais l’homme est prisonnier de ses limites, de ses peurs, de sa souffrance…
Nous entrons dans la Semaine Sainte, et c‘est le Dimanche des Rameaux. Cette année, il n’y aura pas de rameaux. Allons-nous nous morfondre ? Allons-nous nous dire que l’essentiel n’est pas dans une branche de buis ?
Je pense à quantité de gens pour qui cette branche est un signe ténu , comme Jésus dans l’étable, un signe ténu de la Présence de Dieu, Nous n’avons pas le droit de leur refuser. C’est leur langage et nous devons le respecter !

Je vous propose de les inviter à venir un dimanche que nous fixerons quand nous le pourrons, avec ce Rameau que je bénirai alors, signe de communion entre tous les paroissiens...
Ce serait se donner un Rendez vous sympathique après le confinement.

Je compte vraiment sur vous

Amédée Anthonioz

Tél. +33 (0)4 50 36 45 30
contacts