Paroisse Catholique

Bonne, Contamine, Cranves-Sales, Faucigny
Fillinges, Lucinges, Marcellaz

Eglise de Haute-Savoie

4ème LETTRE DU CARÊME 2020 par Amédée : Tout, mais pas ça ! Me laver les pieds ??

Chers amis,
Nous en avons, tous, assez, du Coronavirus… nous en avons tous, assez, du confinement ! Et nous sommes tentés de demander à Dieu d’intervenir avec puissance pour stopper cette pandémie, c’est bien humain, c’est trop humain ! Enfin, quoi, qu’il montre qu’il est le chef, qu’il est le Roi !
Et voilà qu’en ce jour du Jeudi Saint, il nous dit, clairement, que pour le trouver, pour le rencontrer, il ne faut pas scruter le ciel et les nuages, il ne faut pas lever la tête ou les yeux, mais il faut regarder en bas. Dieu, notre Dieu, ne gouverne pas le monde d’en haut. Pour sauver ce monde, notre monde, il s’est fait homme, comme nous, petit enfant à Bethlehem, peinant et souffrant tout de notre vie et devenant notre Serviteur jusqu’à nous laver les pieds… Dieu ne sauve pas le monde en dominant l’homme, Dieu ne demande pas à l’homme d’être un sujet discipliné, mais l‘appelle à être un Fils ! C’est Lui qui se met à genoux devant nous !
Et pour sauver ce monde, pour continuer à aimer ce monde, notre monde, le Christ s’unit mystérieusement à chaque homme, croyant ou non, le Christ répand « sur toute chair » son Esprit…. C’est la promesse du prophète Joël cité par Saint Pierre le jour de Pentecôte : « Il arrivera dans les derniers jours que je répandrai mon Esprit sur toute créature : vos fils et vos filles prophétiseront, vos jeunes gens auront des visions, et vos anciens auront des songes. Même sur mes serviteurs et sur mes servantes, je répandrai mon Esprit en ces jours-là, et ils prophétiseront. » (Actes 2,17-18)
Alors, n’attendons pas un signe grandiose du Ciel arrêtant cette pandémie, mais louons le Seigneur d’être intervenu dès le début de cette crise à travers les gestes quotidiens et simples de ceux qui ont soigné, accompagné, écouté, soulagé ! Dans tous ceux là, croyants ou non, nous savons que c’est le Christ qui agit, le Christ qui aime, le Christ qui avec nous, accepte les lenteurs, les refus, les mensonges des humains, comme il les a accepté durant sa Passion.
L’enfantin qui sommeille en chacun de nous rêve d’un Dieu qui mène le monde avec une baguette magique ! Mais en se faisant homme, Jésus prend un chemin radicalement inverse, un chemin qui non seulement n’exclue pas l’échec, mais l’accueille comme un tremplin vers la Vie: la Croix du Vendredi Saint, si elle est une folie pour les sages et les instruits, est un chemin, est LE chemin qui donne l,Bonheur promis par Jésus sur la montagne des Béatitudes « Heureux les doux, heureux les pauvres de coeur, heureux ceux qui pardonnent… »
Dieu ne mène pas le monde avec une baguette magique.. Dieu le mène avec son Coeur, ce « Coeur qui a tant aimé les hommes ». Dieu mène ce monde avec l’Amour, et l’Amour refuse d’user de cette violence qu’avaient les dieux antiques et qu’hélas, nous risquons d’attribuer à Celui qui pourtant s‘est déclaré « doux et humble de coeur ».

Alors prions pour que le Seigneur ouvre nos yeux aveugles sur toutes les merveilles qu’il accomplit à travers ceux qui se donnent.. Derrière les murs des hôpitaux, il n‘y a pas que des coeurs qui souffrent, il y a des coeurs qui aiment et il y a notre Dieu qui pleure, qui console, qui soigne et qui aime… « Dieu est AMOUR »

Amédée Anthonioz
Tél. +33 (0)4 50 36 45 30
contacts